Histoire: Pourquoi François Ier portait la barbe

Vous avez déjà tous vu le portrait du roi François Ier (1494 – 1547) portant une barbe ainsi que les cheveux court sous un chapeau alors que la barbe fut longtemps bannie par l’église catholique. La mode à ce moment là était : menton rasé de près et cheveux longs, idéalement sous les oreilles avec de jolies boucles souples. Mais savez vous quel événement et dans quelles circonstances le roi de France se mit à porter la barbe?

Contexte politique

Le roi François Ier est en concurrence contre Charles Quint pour la couronne impériale ce qui avait fait naître une sanglante rivalité qui dura 25 ans. Au-delà de la rivalité entre deux souverains, deux conceptions de la monarchie sont en jeu dans l’antagonisme entre la France et la maison d’Autriche. La victoire devait appartenir à celui qui mettrait le roi d’Angleterre, Henri VIII,  dans son parti.

C’est ainsi que François Ier organise la rencontre du Camp du Drap d’or, en 1520, pour séduire le roi d’Angleterre. L’excès de faste déployé aboutit à l’inverse du but recherché.

Charles Quint, plus adroit, se concilia le cardinal Wolsey, ministre de Henri VIII, en lui faisant espérer la tiare. Le roi d’Angleterre comprit qu’en s’unissant à l’empereur, il avait la chance de recouvrer quelque chose des domaines que ses ancêtres avait possédés en France. Le reste de l’année 1520 s’écoula en négociations dont l’issue pacifique était de moins en moins probable.

En 1521, c’est la guerre.

http://www.moyenagepassion.com

Galette des rois et boules de neigefrancois Ier imberbe

François Ier vint avec la cour passer les fêtes de Noël 1520 au château de Romorantin en Berry. Le 6 janvier 1521, le jour des rois, alors qu’il soupait au château, on vint lui apporter la nouvelle que le Comte de Saint-Pol,  avait réuni une joyeuse compagnie dans son hôtel où il avait tiré  les rois dans son bel hôtel de briques dans le centre de Romorantin. Le Comte de Saint-Pol tira ainsi le fève.

Ne comptant pas se faire usurper la couronne par son cousin, le roi François Ier vint assaillir le Comte de Saint-Pol avec sa cours à grand coup de boules de neige. En ce mois de janvier, la neige était abondante, et les troupes du roi de France ne manquaient pas de munitions, ce qui n’était pas le cas de son opposant. Le Comte fit apporter toute munitions utilisable, pommes, œufs, tandis que des volontaires faisaient des aller-retour afin de fournir la neige aux assiégés.

Tandis que la bataille faisait rage, sous les quolibets des belligérants, le roi et sa cour se mirent à prendre la porte d’assaut. François Ier bien évidemment était en première ligne, et c’est alors que, allez savoir pourquoi, le Comte Jacques Ier de Montgomery, seigneur de Lorges, officier de la garde écossaise au service de François Ier, vint à lancer une bûche enflammée (WTF?!!) qui frappa le roi de France à la tête qui fut sévèrement brulé sur une bonne partie du visage et du crâne et perdit connaissance pendant de longues minutes… Le premier mot du blessé, ajoutent certains, fut pour rassurer l’imprudent en disant: « J’ai fait la folie, il est juste que je sois puni. »

Soins et camouflage

Pour panser les brûlures, les médecins n’eurent d’autre choix que de couper ras les longues boucles du Roi. Mais le mal était fait, le roi allait avoir des cicatrices. Craignant d’avoir l’air d’un moine avec sa tête rasée et son menton glabre, François-Ier décida de se coiffer d’un chapeau et de se laisser pousser la barbe afin de dissimuler ses cicatrices.

La cour de François Ier imita le roi de France, puis successivement toutes les classes de la nation, et, pendant un siècle, on porta en France barbe longue et cheveux courts, cette mode se diffusant dans toutes les cours européennes, comme en Angleterre avec Henry VIII.

francois 1er barbe

De père en fils

Coïncidence me direz vous, le fils du Comte Jacques Ier de Montgomery, Gabriel Ier de Montgomery, le 30 juin 1559 lors du tournoi organisé par Henri II pour célébrer le mariage de sa fille Élisabeth avec Philippe II d’Espagne, affronta et blessa mortellement son souverain, lui transperçant accidentellement l’œil de sa lance. 


Henri II exonère Montgomery de toute faute (lui aussi) et l’eût absous de tout blâme sur son lit de mort : «  Ne vous souciez, répondit Henri d’une voix faible. Vous n’avez besoin de pardon, ayant obéi à votre roy et fait acte de bon chevalier et vaillant homme d’armes. ».
Le jeune comte prit la fuite le jour même du drame. Il devint pour tous et partout en Europe : « CELUI QUI TUA A JOUSTER LE ROY HENRY ». Dès la première séance du Conseil privé qui se tint le lendemain de l’avènement de François II, il fut banni de la cour et cassé de son grade de capitaine de la garde écossaise4, le régicide se réfugia un temps à Venise, puis revint sur ses terres de Normandie.


Sources:

  • https://parciparla.fr/francois-1er-et-boules-de-neige/
  • https://parciparla.fr/francois-1er-et-boules-de-neige/
  • https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article104

 

Inscrivez vous à la Newsletter la moins barbante du web

Recevez directement par mail les prochains articles de façon mensuel pour être certains de ne pas les louper.

Laisser un commentaire